logo-blits

logo-blitsquitter-rapidementeffacer-mes-traces
logo-blits
effacer-mes-traces-over
effacer-mes-traces
quitter-rapidement-over
quitter-rapidement
bandeau-blits-aide-prevention-vih-itss

Vos questions, nos réponses

Vous avez des questions sur la sexualité en général, sur la transmission des ITSS, sur les tests de dépistage, sur le Sécurisexe ou sur votre relation amoureuse, nous sommes là! Peu importe vos questions, ici, il n'y a aucun tabou. Posez votre question et un intervenant prendra le temps de vous répondre. Visitez régulièrement vos questions nos réponses pour découvrir les réponses de nos intervenants ci-bas.

  1. Quel est votre groupe d’âge?





    Entrée non valide
  2. Quelle est votre question?
    Veuillez écrire un message.
  3. Entrée non valide
  4. Entrée non valide
  5. Votre adresse courriel
    Entrée non valide

Vos questions

Les tests de dépistage sont offerts par plusieurs établissements. Vous pouvez faire la demande auprès de votre infirmière scolaire, des travailleurs de rue, de votre médecin de famille ou en prenant rendez-vous avec une infirmière en santé sexuelle du CLSC le plus près de chez vous. Vous trouverez de plus amples informations sur les tests de dépistage dans la section Dépistage de notre site. Vous y retrouverez une carte des sites de dépistage de la région, ainsi que les coordonnées.

Le simple fait d'embrasser une personne qui a le VIH ne comporte aucun risque de transmission. Vous pouvez câliner, embrasser, boire dans le même verre et partager la même fourchette qu'une personne vivant avec le VIH sans que vous n'ayez de risque de contracter l'infection. De plus, la quantité de VIH contenu dans la salive est tellement faible qu'il rend la transmission quasi nulle. De plus, vous trouverez de plus amples informations sur le VIH - sida dans la section Qu'est ce que c'est ?

Tout d'abord, afin d'éviter de contracter une infection transmisse sexuellement et par le sang (ITSS), il est important d'utiliser un condom lors de tout rapport sexuel. Il est certain que si votre partenaire a eu d'autres partenaires avant vous et que ses rapports étaient non protégés, il est possible qu'il ait pu contracter une ITSS. Un rapport non protégé, c'est une relation sexuelle où il y a eu pénétration vaginale, orale ou anale sans condom. Il est aussi possible de contracter une ITSS par simple contact peau à peau des organes génitaux. Vous devriez toujours avoir des rapports sexuels protégés. La seule façon de savoir si notre partenaire est infecté par une ITSS ou non, c'est en allant passer un test de dépistage. C'est d'ailleurs une démarche que nous vous conseillons fortement de faire en couple; de cette façon, vous savez si vous ou votre partenaire est infecté d'une ITSS.

En réalité,que vous ayez vos menstruations ou non, ça ne change pas le fait qu'il est important que vous utilisiez un condom lors de tout rapport sexuel, afin d'éviter de contracter une infection transmise sexuellement et par le sang (ITSS). Par contre, si la question est qu'étant donné que vous n'avez pas vos menstruations; est-ce que vous pouvez tomber enceinte? En fait, normalement lorsque vous n'avez pas eu de premières menstruations il y a peu de risques que vous tombiez enceinte dans l'éventualité où vous auriez un rapport sexuel non protégé. Un rapport non protégé, c'est une relation sexuelle où il y a eu pénétration vaginale, orale ou anale sans le port du condom. Nous suggérons d'avoir des rapports protégés même si vous n'avez pas vos menstruations.

Les ITSS ne se transmettent
pas par la salive. Voici une description plus détaillée des risques de
transmettre une ITSS selon vos pratiques.

L'herpès de type 1, autrement
dit les feux sauvages, peut se transmettre lors de baisers, fellation et relation avec pénétration. Ce n'est pas par la salive que l'herpès se transmet, mais plutôt avec le contact avec la peau du partenaire.

Le VIH ne se transmet pas par la salive. Pour la chlamydia, la gonorrhée et la syphilis, la salive ne transmet pas ces infections. Par contre, les relations orales peuvent transmettre ces infections.

Pour répondre à votre question, il y a plusieurs possibilités. Premièrement, les réponses pourraient différer si c’était sa première relation sexuelle avec pénétration ou non.  Lorsque la fille fait l’amour pour la première fois, son hymen se déchire, ce qui peut par le fait même occasionner un léger saignement et une légère douleur.

La douleur lors de la pénétration peut également s’expliquer par un manque de lubrification. Lorsque la partenaire n’est pas assez lubrifiée, la pénétration est plus difficile et cela peut engendrer une douleur. Je vous conseille d’utiliser un lubrifiant à base d’eau.

Le manque de lubrification peut également être une conséquence au stress présent lors de la relation sexuelle. Pour aider votre partenaire à se détendre, il y a plusieurs options à considérer. Premièrement, la communication entre les partenaires. Il est important de pouvoir parler de ses craintes, de ses envies à son partenaire. Cela pourrait aider aux deux personnes d’être plus à l’aise et ainsi être moins stressé. Deuxièmement, vous pouvez miser sur une ambiance avec de la musique, des lumières tamisées ou des chandelles, des massages, etc. N’hésite pas à reparler de la situation avec votre blonde pour que la prochaine fois soit plus agréable.

Si la douleur persiste, n’hésitez pas à consulter un gynécologue

Une fois que le sang se retrouve à l'extérieur du corps, il meurt. Ça prend seulement quelques secondes pour que le virus meure à l'air libre. Par exemple, il n'y a aucun risque de contracter le VIH si vous touchez à une tache de sang par terre. Les précautions universelles, soit le port des gants, restent néanmoins un incontournable pour se protéger lorsqu'on est en contact avec du sang.

Pour les informations complètes sur les différentes façons de transmettre le VIH, consulter la section VIH/Sida du site.

 

La réponse à cette question dépend de plusieurs facteurs et également de chaque individu. Afin d’avoir une réponse complète à cette question, il est important de comprendre les 4 phases de l’infection du VIH.

1-      Primo-Infection : Ceci est la période suivant l’entrée du virus dans le corps. Le risque de transmission est plus élevé. Durant cette période, la personne peut avoir des symptômes qui ressemblent à la grippe, c’est-à-dire de la fièvre, des maux de gorge, des douleurs musculaires, de la fatigue, etc. Ces symptômes disparaîtront d’eux-mêmes après quelques semaines.

2-       Phase asymptomatique : Pendant plusieurs années, la personne pourra continuer ces activités habituelles sans avoir aucun doute de transmission du VIH, car elle n’aura aucun symptôme. Par contre, le virus reste actif et il continue de se répliquer et d’infecter d’autres cellules immunitaires. La personne même si n’a aucun symptôme peut transmettre le VIH à ses partenaires.

3-      Phase symptomatique : Maintenant, il y aura apparition de symptômes persistants dus à l’affaiblissement du système immunitaire. Les symptômes peuvent être de la fatigue chronique, de la fièvre, une importante perte de poids, etc. La personne peut contrer ses symptômes en suivant un traitement efficace contre le VIH.

4-      Sida : En raison d’un faible système immunitaire, l’apparition d’infection, de champignons et de cancer fera leur apparition. La personne n’a plus les anticorps pour se défendre. Les personnes pourront décéder de ces infections opportunistes.

Une personne qui reçoit le diagnostic du VIH ne peut en guérir, mais il peut suivre un traitement dans le but d’améliorer sa qualité de vie. La trithérapie a pour objectif de réduire la présence du virus dans le sang, de maintenir une qualité de vie adéquate, de reconstruire le système immunitaire, de prolonger la vie et de prévenir à la transmission du VIH. En 2016, une personne diagnostiquée séropositive et qui reçoit les traitements adéquats à une espérance de vie comparable à celle des personnes séronégatives

 

Premièrement, il est important de mentionner que le VIH/sida ne se transmet pas dans les activités de la vie quotidienne. C’est-à-dire qu’il est impossible de contracter le VIH/sida par le fait de parler, manger, serrer la main, utiliser les mêmes ustensiles, partager des espaces communs, avec une personne porteuse du VIH. Il est donc tout à fait possible de vivre avec personne qui a le VIH/sida sans risque de transmission.

Il est également possible d’avoir une vie sexuelle avec une personne séropositive en respectant quelques critères :

  • Utiliser un condom en latex ou en polyuréthane ou encore un condom féminin chaque fois que vous avez des relations sexuelles vaginales ou anales.
  • Utiliser un condom ou d'un préservatif (ou digue dentaire) chaque fois que vous avez des rapports sexuels oraux. Un préservatif (ou digue dentaire) est un morceau de latex qui sert à couvrir le vagin ou l'anus.
  • S’il y a utilisation de lubrifiant, utiliser des lubrifiants à base d'eau avec les condoms en latex.N'utilisez pas de lubrifiants à base d'huile comme la vaseline, car cela risque d'abîmer le condom qui pourrait alors se déchirer.

 

Vous pourriez être infecté par le VIH/sida si vous avez des rapports sexuels non protégés. Un seul rapport sexuel non protégé est un risque pour la transmission du VIH/sida.

 

Il existe également la PREP, qui est une nouvelle stratégie de prévention qui permet à une personne séronégative de réduire son risque de contracter le VIH en prenant des médicaments antirétroviraux.

Visitez le www.mediaa.ca fin d’avoir toutes les informations concernant la PREP.

Pour une information plus complète, visitez la section FAQ et VIH/sida de notre site web.

 

Premièrement, il est important de savoir que de faire ou de recevoir une fellation d'une personne vivant avec le VIH est considérée comme une pratique à faible risque à contracter le VIH. Par contre, le risque zéro n'hésite pas. La transmission est possible lorsqu'il y a contact avec le sperme et qu'il y a présence de lésions dans la bouche. Éviter d'avoir le sperme de son partenaire dans la bouche est un moyen supplémentaire pour minimiser les risques de transmission. Rappelons que le VIH ne se transmet pas par la salive.

D'autres ITSS peuvent être transmises lors du sexe oral. Les condoms à saveurs sont la meilleure façon de se protéger du VIH, mais également des autres ITSS.

Si vous avez un doute sur un risque possible d'avoir contracté le VIH ou une autre ITSS, il serait important de vous faire dépister dans le CLSC le plus près de chez vous ou auprès de votre médecin de famille. Pour ce qui est de la Prophylaxie post-exposition (PPE), tous les urgentologues peuvent la prescrire dans un délai de 72 heures suivant l'exposition au VIH. Le médecin sera alors en mesure de vous la prescrire sous certaines conditions. Il vous posera plusieurs questions afin de cibler si cette alternative correspond à votre situation. Il évaluera si votre risque est élevé ou faible. La prise de la PPE comporte des effets secondaires indésirables et elle doit être prise pendant 28 jours. Une évaluation complète est donc nécessaire. Si vous et votre partenaire êtes de statut sérologique différent, je vous conseille de vous renseigner sur la prophylaxie pré-exposition (PREP) qui est un moyen préventif de la transmission du VIH.

 

Le sexe oral (cunnilingus/fellation) est à faible risque de transmission pour le VIH. Par contre, le risque zéro n'existe pas. Tout dépendant si la personne séropositive prend sa médication et selon sa charge virale, ça change beaucoup de choses. Concernant le fait de ressentir aucun symptôme, malheureusement ceci ne nous permet pas de confirmer s'il y a eu transmission ou pas, car selon les personnes, l'intensité des symptômes diffère. De plus, les symptômes peuvent ressembler à ceux d'une grippe, donc peuvent être facilement confondus. Afin d'être certain et rassuré, aller passer un test de dépistage reste la meilleure solution. Afin que le test soit concluant, il est important d'attendre 3 mois après la prise de risque.  Bien que le sexe oral est à faible risque pour la transmission du VIH, ce n'est pas le cas pour les autres infections transmises sexuellement. Le port du condom reste la meilleure solution. Saviez-vous que pour un cunnilingus il existe des digues dentaires? Sinon vous pouvez toujours prendre un condom, couper le bout du condom et ensuite le couper sur le sens de la longueur afin de fabriquer votre digue dentaire et avoir des rapports sexuels sans risques.

 

Tout d'abord, selon les différentes études sur l'herpès génital, celle du type 2 se retrouve rarement au niveau buccal, alors il aurait peu de chance de transmettre celle-ci en faisant une fellation. Concernant les lésions, celles de l'herpès, soit buccal ou génital, se retrouvent à l'extérieure du corps sur la peau, donc pas dans la bouche. Par contre, l'herpès génital de type 1, ainsi que d'autres ITSS, notamment la chlamydia, se transmettent lors de pratiques sexuelles orales. (Pour en savoir plus à ce sujet, consultez l'onglet ITSS). Lors de sexe oral tel que la fellation, le port du condom reste le seul moyen de se protéger des ITSS. Si vous avez des relations sexuelles à risque, je vous conseille d'aller passer un test de dépistage.

Aussi, l'herpès génital de type 2 peut se transmettre lors de contact intime, par exemple lors de masturbation entre partenaires.

 

Premièrement, une personne désirant donner du sang devra remplir un questionnaire qui évaluera les risques potentiels de transmission du VIH et autres infections tels que les hépatites. Tout dépendant des réponses, la personne pourra se faire refuser le droit de donner du sang. Par la suite, il y a des tests effectués sur tous les dons de sang. Voici la liste des infections vérifiées lors des dons de sang : Hépatites B et C, Virus du lymphome humain à cellules T (HTLV I/II), Syphilis, Virus du SIDA (VIH), Virus du Nil occidental (VNO), Maladie de Chagas. Si les résultats s'avèrent anormaux, le don de sang sera automatiquement détruit. Donc, ce sont toutes ses vérifications qui permettent de recevoir une transfusion de sang en toute sécurité.

 

L'infection de la syphilis se transmet lors des rapports sexuels avec une personne infectée et en phase contagieuse. Ce sont par contact génital, oral ou anal sans protection que vous pouvez transmettre ou être infecté par la syphilis, et ce même s'il n'y a pas de pénétration. Un individu qui est en contact avec une personne infectée par la syphilis développera un chancre (un ulcère) à l'endroit où la transmission a eu lieu (bouche, pénis, vagin ou anus). C'est en contact direct avec ce chancre que l'infection se transmet. Par contre, même une fois le chancre disparut, la personne reste contagieuse. Donc, pour répondre précisément à votre question, non la salive ne transmet pas la syphilis. Vous devez avoir un contact direct avec la personne pour qu'il y ait un risque de transmission. Comme mentionné, un contact direct peut être oral, génital ou anal. Lors d'échange de baiser, la possibilité d'être infecté par la syphilis est présente, car vous pouvez être en contact avec le chancre. Par contre, ce n'est pas la salive en soi qui sera contagieuse. Si vous croyez qu'il y a eu un risque de transmission de l'infection, aller faire un test de dépistage reste toujours la meilleure solution afin d'être rassuré.

 

 

 

 

 

effacer-mes-tracesquitter-rapidement